L’agriculture biologique peut-elle nourrir la planète ?

Il n’est plus un supermarché aujourd’hui qui ne commercialise une gamme de produits bio et qui ne mette largement en avant son engagement pour l’environnement. La part entre des prises de positions sincères et un effet de mode est difficile à évaluer, le lien entre des produits labellisés et la réalité du terrain, souvent opaque. L’agriculture biologique comme mode de production agricole reste ainsi peu ou mal connue des citoyens et fait toujours l’objet de nombreuses approximations, tantôt positives, tantôt négatives.

L’ouvrage de Jacques Caplat, publié aux éditions Actes Sud dans l’excellente collection Domaine du possible, comble ainsi une lacune.

Au fil de son argumentation , Jacques Caplat démontre que l’agriculture biologique est à envisager en tant que projet agricole à part entière, conçu sur le plan agronomique, éthique et social et décliné sur le terrain. Exemples à l’appui, il prouve qu’il ne s’agit pas de méthodes constituées en contradiction ou en réaction à une prétendue norme agricole. Bien au contraire, il nous parle d’un projet qui possède ses fondements scientifiques propres et qui constitue une alternative agronomique à grande échelle, largement en mesure de nourrir l’humanité dans les siècles à venir.

Consultez un extrait de l’ouvrage :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.